la galerie de Jean-Pierre Schmitz                          
------------------------------------------------------
J’ai commencé à faire de la poterie lorsque je vivais en Corée.
J’allais chez un maître qui m’a enseigné le travail de la terre et les techniques de céladon.
La céramique est en Corée un art majeur depuis un grand nombre de siècles. Même si les potiers japonais sont encore plus réputés à travers le monde, il faut souligner que les techniques chinoises dans ce domaine se sont transmises au Japon par l’intermédiaire des coréens.
De retour en France, j’ai d’abord suivi des cours de modelage modèle vivant, puis j’ai travaillé dans l’atelier de Odile Frachet, céramiste et peintre à Courbevoie.
J’aurais du mal à définir dans les grandes lignes ce que je fais, mais je peux essayer de dire pourquoi et comment je le fais.
J’ai toujours aimé le travail de la terre. Battre la terre, la pétrir longuement jusqu’au moment où on sent qu’on peut lui donner une forme. Je commence le plus souvent sans idée précise de ce à quoi je vais aboutir. C’est un peu comme si c’était la terre elle-même qui me dictait ce qu’il faut faire.
C’est la même chose pour l’émaillage. Je regarde les échantillons de couleurs diverses et d’aspect plus ou moins lisse, plus ou moins brillant.
Les différentes étapes, fabrication du biscuit, séchage, émaillages en une ou plusieurs couches etc…fixent un rythme et laissent des moments d’attente qui permettent de penser à ce qui est en train de s’élaborer et qui quelquefois va réserver des surprises lors de la sortie du four, et souvent des joies réelles.
Jean-Pierre Schmitz              







œuvres récentes
céramiques







































































        retour à l'accueil